Prendre rendez-vous

Glaucome

Première cause de cécité totale dans les pays industrialisés

En savoir plus

Qu’est ce que c’est ?

Le glaucome est une maladie oculaire caractérisée par une atteinte des fibres optiques au niveau de la tête du nerf optique. Le champ de vision périphérique puis la vision centrale seront atteints.

La cause la plus fréquente du glaucome est une élévation de la pression intraoculaire.

Mais attention il existe d’autres causes du glaucome sans augmentation de la pression intraoculaire :

  •  baisse de la pression de perfusion oculaire (hypotension artérielle chronique, apnées du sommeil),
  • augmentation des résistances vasculaires (artériosclérose, hypertension artérielle, diabète, tabac, hypercholestérolémie).Ces causes peuvent être intriquées et cumulatives et doivent être recherchées et traitées.

Ces causes peuvent être intriquées et cumulatives et doivent être recherchées et traitées.

Fréquent, le glaucome touche plus de 2 % de la population au-delà de 40 ans et justifie la mesure de la pression intraoculaire et l’examen du nerf optique tous les 2-3 ans à partir de cet âge.

Le dépistage

A chaque consultation « classique » votre ophtalmologiste vérifie l’aspect du nerf optique. En fonction de l’âge une mesure de la pression intraoculaire et une photo du fond d’œil seront également réalisées systématiquement dans cette optique de dépistage.

En cas de doute votre ophtalmologiste demandera des examens complémentaires.

Bilan spécifique du glaucome 

  • PIO : pression intraoculaire (normale inférieure à 21 mmHg),
  • PIO : pression intraoculaire (normale inférieure à 21 mmHg),
  • Rétinophotographies. avec ou sans dilatation.
  • un champ visuel : pour mesurer l’espace de vision et son éventuelle atteinte,
  • une pachymétrie : épaisseur de la cornée.La magnitude de la PIO sera modulée en fonction de ce paramètre (une cornée fine sous-estime, une cornée épaisse surestime la PIO).⦁ plus ou moins une gonioscopie : pour évaluer l’angle irido-cornéen et le trabéculum qui filtre l’humeur aqueuse. Elle permettra de classer le glaucome en forme chronique à angle ouvert, le plus fréquent, ou à angle fermé qui auront des traitements différents.
  • OCT (tomographie par cohérence optique) : permet de mesurer les fibres optiques au niveau de la rétine et du nerf optique et d’en suivre l’évolution.

Ce bilan sera refait régulièrement et comparé au bilan initial pour juger de l’évolution et de l’efficacité du traitement mis en route. Rythme de surveillance de 6 mois en général.

  • Bilan général : recherche des facteurs de risques extraoculaires d’évolution de la neuropathie optique.

Le traitement 

Il est varié :

Gouttes

leur but : diminuer la PIO et ralentir le glaucome. Le traitement est à vie.

Lasers

iridectomie périphérique : réalisant une « soupape de sécurité » pour éviter les poussées et pics de PIO, utilisée dans le GAFA (glaucome aiguë à angle fermé) et le GCAO (glaucome chronique à angle étroit). * laser SLT : stimulant la filtration de l’humeur aqueuse.

Chirurgie filtrante

(trabéculectomie ou sclérectomie profonde non perforante)qui va réaliser une augmentation de la filtration de l’humeur aqueuse et diminuer la pression intraoculaire. Elle n’est pas dénuée de risques et est utilisée en cas d’échec des autres traitements.

Chirurgie de la cataracte

en cas de gros cristallin limitant la circulation de l’humeur aqueuse.

EN BREF 

  • fréquent,
  • fréquent,
  • irréversible,
  • traitement et surveillance à vie et réguliers,
  • le dépistage est systématique lorsque vous consultez votre ophtalmologiste mais il pourrait être demandé des examens complémentaires.

La simple mesure de pression PIO (pression intraoculaire) ne suffit pas. Une PIO normale n’exclue pas la présence d’un glaucome.

En savoir plus