Prendre rendez-vous

LARMOIEMENT OCULAIRE

Larmoiement de l’adulte ou de l’enfant.

Vous trouverez dans cette rubrique les explications et les solutions envisagées.

En savoir plus

Les larmes sont sécrétées par la glande lacrymale située sous la paupière supérieure dans le coin externe. Elles vont s’écouler le long de l’œil et le long du bord de la paupière inférieure : c’est le ménisque de larmes qui permettra la lubrification de la surface du globe oculaire pour éviter les infections, les kératites et assurer une bonne qualité de vision. Enfin les larmes seront excrétées, évacuées au niveau des points lacrymaux situés à la partie interne des paupières et dirigées vers le nez via le canal lacrymo-nasal.
Un larmoiement sera présent en cas d’inadéquation entre la sécrétion et l’évacuation des larmes : hypersécrétion réflexe paradoxale en cas de sécheresse du globe oculaire ou de mauvaise qualité des larmes, troubles de l’évacuation des larmes le plus souvent par un obstacle au niveau des voies excrétrices soit au niveau du point lacrymal, soit au niveau du sac ou du canal lacrymo-nasal, soit au niveau de la partie la plus distale au niveau de l’orifice des cavités nasales.

  1. Larmoiement par hypersécrétion réflexe de larmes.
    • En cas de mauvaise qualité des larmes, le globe oculaire est mal protégé et l’organisme réagit en hypersécrétant des larmes pour tenter de corriger l’irritation.

      Les causes sont multiples : environnementales, milieu chaud et sec, allergie, conjonctivite, blépharite etc.

      Le larmoiement réflexe lorsque l’on sort ou lorsqu’on est exposé à du vent et à de la poussière est typique.

      Le premier traitement est donc d’améliorer la qualité des larmes en réalisant les soins de paupières :

      • chauffer les paupières tous les matins 5 minutes avec un gant de toilette ou un coton ou un masque adapté, en vente en pharmacie,
      • puis, masser les paupières du bas vers le haut pour les paupières du bas, du haut vers le bas pour les paupières du haut ainsi que le long du bord de la paupière au niveau des cils
      • enfin, rincer les sécrétions et nettoyer les croûtes au sérum physiologique.

      Paradoxalement, ce type de larmoiement sera également amélioré par l’instillation d’un traitement collyre de type larmes artificielles.

  2. Larmoiement par diminution de l’évacuation des larmes
    • On distingue 2 types de maladie des voies lacrymales :

      • les formes congénitales, le larmoiement est alors présent chez l’enfant. La plupart du temps dû à l’imperforation de la voie lacrymale,
      • les maladies acquises des voies lacrymales: le larmoiement de l’adulte est alors dû à une malposition des paupières qui va limiter l’évacuation des larmes et/ou à une obstruction proprement dite de la voie lacrymale ( du point lacrymal au canal lacrymo-nasal).
  3. Traitement du larmoiement de l’adulte par obstruction de la voie lacrymal
      • En cas de sténose partielle, on peut utiliser et réaliser une dilatation de la voie lacrymale ou associer la mise en place d’une sonde en silicone sous anesthésie locale ou générale. La sonde est laissée en place pendant 6 à 8 semaines puis retirée au cabinet sans anesthésie et sans douleur.
      • En cas de sténose totale, il faut créer un nouveau canal lacrymo-nasal : c’est la dacryocystorhinostomie.

      Elle est plutôt réalisée par voie externe (cutanée), ce qui permettra d’avoir un contrôle précis de la portion horizontale de la voie lacrymale. Une petite incision est réalisée au niveau de l’angle interne de la paupière sur quelques millimètres et un nouveau canal sera réalisé à travers l’os lacrymal, sous anesthésie générale, en ambulatoire ou avec une courte hospitalisation en fonction du contexte clinique.

      Une sonde lacrymale en silicone sera également laissée en place 4 semaines puis  retirée au cabinet sans anesthésie et sans douleur.

  4. Traitement du larmoiement de l’enfant
    • En fonction de l’âge de l’enfant au moment de la consultation, le traitement sera différent.

      Avant 4 mois, 99 % des enfants guérissent sans traitement, hormis de simples massages du sac lacrymal une minute trois fois par jour, associés à un lavage oculaire au sérum physiologique et des antiseptiques.

      Entre le 4ème et le 12ème mois, en cas de surinfections fréquentes, un sondage simple des voies lacrymales pourra être proposé.

      • A partir du 12ème mois, un sondage associé à la mise en place d’une sonde en silicone est indiqué. Le geste est réalisé en ambulatoire sous anesthésie générale. Aucune incision n’est réalisée et tout se fait par les voies naturelles. La sonde est laissée en place pendant 6 à 8 semaines puis retirée au cabinet sans anesthésie et sans douleur. La guérison est habituellement la règle mais quelque fois une deuxième intervention est nécessaire.
      • Après 2-3 ans, en cas de larmoiement invalidant et persistant, une dacryocystorhinostomie pourra être nécessaire.

      Le Dr GRASSWILL connaît et pratique l’ensemble de ces techniques et saura vous conseiller.

En savoir plus