Prendre rendez-vous

Chirurgie de la cataracte

Le cristallin est la lentille présente à l’intérieur de l’oeil et qui s’opacifie progressivement avec l’âge : c’est la cataracte.

La chirurgie de la cataracte permet une correction permanente et durable.

En savoir plus

L'essentiel

1/ 5

La chirurgie de la cataracte est une chirurgie sûre, de routine, réalisée sous anesthésie locale en ambulatoire au bloc opératoire et permettant une récupération de la vision rapide.

Les défauts visuels préexistants pourront être corrigés lors de la chirurgie de la cataracte en choisissant l’implant intraoculaire adapté.

Le type d’implant sera choisi en préopératoire avec votre chirurgien, en fonction de votre exigence d’indépendance aux lunettes après la chirurgie.

Même si les complications sont rares, la chirurgie de la cataracte ne déroge pas à la règle selon laquelle toute chirurgie, même réalisée en routine, est susceptible d’avoir des complications.
Le Docteur GRASSWILL pratique l’ensemble de ces techniques et saura vous conseiller.

 

Qu’est-ce que la chirurgie de la cataracte?

2/ 5
  1. Indication
    • Le cristallin est la lentille présente à l’intérieur de l’oeil et qui s’opacifie progressivement avec l’âge : c’est la cataracte.

      L’opération de la cataracte est indiquée :

      • lorsque la cataracte est responsable d’une baisse de l’acuité visuelle non corrigeable par lunettes,
      • lorsque la cataracte est responsable d’une mauvaise qualité de vision, de halo, d’éblouissement ou de sensation de brouillard gênante dans la vie courante,
      • lorsque la cataracte est responsable d’une augmentation du volume du cristallin ayant pour conséquence une augmentation de la pression intraoculaire et un risque de glaucome. La vision n’est alors pas significativement altérée mais l’indication de l’ablation du cristallin est justifiée à titre préventif.
  2. Comment ça marche ?
    • L’opération se déroule dans un bloc opératoire à la clinique, lors d’une hospitalisation courte de quelques heures (ambulatoire).

      Mais si le patient est seul à la maison la première nuit, une hospitalisation d’une nuit pourra être envisagée.

      L’anesthésie de l’œil est obtenue par instillation de gouttes et sans piqûre autour de l’œil (topique). Pour votre confort et pour vous détendre, cette anesthésie locale sera associée à une perfusions intraveineuse de calmant réalisée par l’anesthésiste.
      Le but de la chirurgie est d’enlever le cristallin et de le remplacer par un implant intraoculaire de même puissance. Anatomiquement, le cristallin est placé dans le sac capsulaire, sorte de hamac qu’il faudra préserver.

Opération cataracte

La technique chirurgicale utilisée est une technique de phacoémulsification par micro-incision. Le chirurgien, sous microscope opératoire, va fragmenter le cristallin par des ultrasons puis l’aspirer par de minuscules incisions de moins de 2 mm. Par ces mêmes micro-incisions, le chirurgien injectera l‘implant pliable qui se déploiera dans l’œil et prendra sa place dans le sac capsulaire.

Il n’y a pas besoin de suture et un simple pansement occlusif associé à une coque oculaire protectrice sera posé pendant 24 heures.

Il n’y a pas de douleur, tout au plus sent-on une sensation de pression et de l’eau qui coule.

Dans les premiers jours, une sensation de grain de sable ou d’irritation et un larmoiement sont possibles.

Une prise d’antalgique simple (paracétamol) peut être nécessaire en cas d’inconfort la première nuit.

Choix de l’implant

3/ 5

Lors de la chirurgie de la cataracte, le choix de l’implant va permettre de corriger la plus grande partie des troubles réfractifs. Il existe plusieurs types d’implant, pris en charge ou non par votre Sécurité Sociale ou votre Complémentaire santé.Lors de la chirurgie de la cataracte, le choix de l’implant va permettre de corriger la plus grande partie des troubles réfractifs. Il existe plusieurs types d’implant, pris en charge ou non par votre Sécurité Sociale ou votre Complémentaire santé.
Différents implants pourront vous être proposés en fonction:

– de votre défaut

– de votre demande plus ou moins grande à l’indépendance aux lunettes en postopératoire

– de votre budget

Implant monofocal

Il corrige soit la vision de loin, soit la vision de près (myopie, hypermétropie) mais ne corrige pas l’astigmatisme ni la presbytie. Le port de lunettes est donc nécessaire et obligatoire en post-opératoire. Implant classique, il n’y a pas de surcoût lié à ce type d’implant.

Implant monofocal torique

Il corrige l’astigmatisme. Le port de lunettes n’est donc pas nécessaire ou rarement pour la vision de loin mais sera obligatoire pour la vision de près. En fonction du défaut, certains de ces implants entraînent un surcoût à régler à la clinique.

Implant multifocal et multifocal torique

Il va corriger la majorité du défaut en vision de loin et de près. Le port de lunettes n’est donc pas nécessaire dans 90% de la vie courante. Un port de lunettes occasionnellement sera nécessaire dans certaines situations nécessitant une précision accrue (conduite ou lecture prolongée). De par leur nature, une certaine baisse des contrastes et des éblouissements ou halos pourront être présents en contrepartie du plus grande indépendance aux lunettes. Tout le monde ne peux pas bénéficier de ces implants (raisons médicales ou d’habitudes de vie) et un bilan approfondi est nécessaire avant de les envisager.. Ces implants sont les plus élaborés et ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale. L’utilisation de cet implant entraînera donc un surcoût à régler à la clinique.

Résultats et évolution

4/ 5

Dès le lendemain la vision sera améliorée, plus nette, plus claire, de loin et/ou de près, en fonction du type d’implant choisi.

Des soins avec lavage oculaire et instillation de gouttes trois fois par jour seront nécessaires pendant quelques semaines pour optimiser la cicatrisation et éviter toute inflammation ou infection.

Le port d’une coque oculaire visant à protéger l’œil d’un éventuel choc externe sera obligatoire pendant le sommeil pendant une semaine.

Il faudra éviter les efforts physiques intenses et le contact avec la poussière ou la saleté pendant une semaine.

Les shampoings ou colorations sont également déconseillés la première semaine.

Vous pouvez lire, regarder la télévision sans restriction.

Une lunette loupe à acheter pour quelques euros chez un opticien ou en pharmacie ou au supermarché, pourra être utilisée en vision de près pendant la période transitoire de un mois jusqu’au contrôle final où je prescrirai les lunettes définitives.

La chirurgie de la cataracte permet une correction permanente et durable.

La seule évolution possible avec le temps, surviendra après quelques semaines ou mois ou années: l’opacification secondaire du sac capsulaire contenant l’implant. Il s’agit de la cataracte secondaire.

Cette opacification secondaire sera simplement corrigée grâce à un procédé laser, en quelques minute au cabinet

Contre-indications

Il n’y a aucune contre-indication absolue à la chirurgie de la cataracte.

 

Complications

  1. Incidents et difficultés peropératoires.
    • Rares et imprévisibles ils peuvent modifier le déroulement de l’intervention.

      La principale complication est la rupture capsulaire (inférieure à 5 % des cas), elle conduit parfois à renoncer à l’implantation. Il est parfois nécessaire d’enlever un petit fragment de l’iris et/ou de procéder à l’ablation d’une partie du vitré dans le même temps ou lors d’une deuxième intervention rapidement après, réalisée par un rétinologue chirurgical.
      L’extraction de la cataracte est parfois incomplète et peut imposer une reprise chirurgicale.

  2. Les complications post-opératoires de la chirurgie de la cataracte
    • Bien qu’elle soit parfaitement standardisée et suivie d’excellents résultats, l’opération de la cataracte n’échappe pas à la règle selon laquelle il n’existe pas de chirurgie sans risque.

      Il n’est donc pas possible à votre ophtalmologue de garantir formellement le succès de l’intervention.

      Les complications sévères de l’opération de la cataracte sont très rares, pouvant nécessiter une réintervention voire aboutir à la perte de toute vision de l’œil opéré, voire la perte de l’œil lui-même :

      • infection (inférieure à 1 pour 1000),
      • traumatisme de l’œil par le patient ou son entourage
      • décollement de rétine
      • trouble de la cornée
      • déformation pupillaire
      • extraction incomplète de la cataracte
      • déplacement du cristallin artificiel (implant)
      • œdème maculaire rétinien
      • hémorragie expulsive, complication grave rarissime.

      Certaines complications sont moins sévères et nécessitent des soins adaptés :

      • étanchéité insuffisante de la cicatrice
      • ptôsis (chute partielle de la paupière supérieure)
      • hémorragie sous-conjonctivale
      • hypersensibilité à la lumière
      • inflammation de l’œil
      • augmentation de la pression intraoculaire
      • astigmatisme
      • diplopie (vue dédoublée)
      • erreur de calcul de la puissance du cristallin artificiel : rare, pouvant éventuellement nécessiter un réintervention pour changer l’implant.

Les recommandations pour la chirurgie de la cataracte

5/ 5
  1. Avant l’opération
      • Signaler toute infection survenant dans les jours précédant l’opération.
      • Douche  à la Bétadine la veille et le matin de l’opération.
      • Soins des paupières et lavage des yeux quelques jours avant l’opération.
  2. Après l’opération
      • Le soir de l’opération vous aurez un pansement sur l’œil que vous garderez jusqu’au lendemain matin.
      • Le lendemain matin vous pouvez enlever le pansement et commencer à instiller les gouttes dans l’œil opéré, conformément aux recommandations de l’ordonnance.
      • Vous aurez un appel téléphonique le lendemain de l’opération pour contrôler que tout va bien.
      • Le contrôle au cabinet sera réalisé quelques jours après l’opération pour le premier œil opéré et à un mois postopératoire pour le deuxième œil opéré.
      • Les lunettes seront prescrites à un mois post-opératoire. En attendant vous pourrez utiliser des lunettes loupe simples, si vous en éprouvez le besoin.
      • Porter les coques oculaires de protection la nuit pendant une semaine.
      • Éviter tout effort physique excessif et tout contact avec la saleté ou la poussière pendant les 72 heures postopératoires et les shampoings.

      Si l’œil devient rouge et douloureux ou que la vision baisse de manière brutale, veuillez nous recontacter rapidement ou contacter les urgences ophtalmologiques ou le 15.

      Toute l’équipe du cabinet se tient à votre disposition pour vous conseiller et vous réexpliquer la conduite à tenir.

En savoir plus