Prendre rendez-vous

La Toxine Botulique, BOTOX

Les injections de toxine botulique connaissent un engouement croissant et représentent la première demande de traitement anti âge dans nos consultations.

C'est le traitement de choix des rides d’expression du visage, avec des résultats très appréciés des patients.

En savoir plus

Qu’est-ce que la toxine botulique ou « Botox ® » ?

1/ 9

La toxine botulique (Vistabel, Azzalure, Bocouture, Botox…) est le traitement de choix des rides d’expression du visage, avec des résultats très appréciés des patients, en toute sécurité, sans éviction sociale et sans bistouri. Les injections de toxine botulique connaissent un engouement croissant et représentent la première demande de traitement anti âge dans nos consultations.

L’effet est souvent “magique” en redonnant à la peau un aspect lisse, reposé et jeune, un véritable éclat au regard tout en diminuant l’aspect fatigué apparaissant avec le vieillissement

Les injections sont quasiment indolores et les suites sont simples.

L’effet est réversible avec le temps et nécessitera donc un entretien.

Si vous avez des rides frontales, des rides du lion, des rides de la patte d’oie, des ridules qui plissent le nez ou un aspect sévère ou triste du regard, la toxine botulique est actuellement le meilleur traitement médical. La peau est relâchée, le visage est moins crispé, moins sévère. Le regard est plus ouvert. La personne paraît naturellement plus jeune, moins fatiguée.
Le docteur GRASSWILL pratique l’ensemble de ces techniques et pourra vous conseiller.

PRINCIPES ET INDICATIONS

2/ 9
  1. Historique
    • Dès les années 70, Les ophtalmologistes ont été les premiers à utiliser la toxine botulique chez l’enfant, pour le traitement des spasmes du strabisme, en injections dans les muscles de l’oeil.

      Puis dès les années 80, les ophtalmologistes l’ont utilisé dans le traitement des spasmes des paupières, puis du visage ou du cou.

      C’est lors de ces utilisations thérapeutiques que l’effet intéressant sur les rides d’expression du visage est apparu.

      En 1990,  le Docteur CARRUTHERS, ophtalmologiste au Canada s’est aperçu que ses patients traités par la toxine botulique avaient moins de rides autour de l’œil traité que de l’autre non traité.

      Une patiente observatrice lui demanda d’harmoniser l’autre œil : c’est ainsi que l’indication esthétique est née !

      En 2003, une AMM ( autorisation de mise sur le marché ) a été donnée pour l’utilisation de la toxine (Vistabel Allergan) dans le traitement des rides musculaires de la région glabellaire (rides verticales du lion, entre les sourcils ) puis des rides de la patte d’oie. Les autres zones sont “hors AMM”.
      Depuis, le succès de ce médicament n’a jamais été démenti avec une extension de son utilisation à d’autres zones de traitement et indications variées (transpiration excessive des aisselles…).

  2. Le produit
    • La toxine botulique utilisée en médecine est extraite industriellement et purifiée.

       

      Elle inhibe la libération de l’acétylcholine, un neuromédiateur responsable du passage de l’information entre le nerf et le muscle. En mettant le muscle au repos, une détente musculaire et de la peau se produit, lissant progressivement les rides.

      Ce phénomène n’altère ni le muscle ni le nerf et est totalement réversible une fois la toxine éliminée.

       

      La toxine utilisée en médecine n’a rien à voir avec la toxine botulique sécrétée par la bactérie responsable du botulisme (maladie grave et potentiellement létale).

       

      La toxine utilisée ne médecine n’est pas dangereuse.

      Il faudrait ingérer 600 flacons de toxine esthétique pour avoir un risque de contracter un botulisme !!!

       

      La toxine botulique est inscrite à la liste 1 des médicaments à prescription médicale restreinte.

      Seuls des médecins qualifiés peuvent légalement obtenir le produit : ophtalmologistes, chirurgiens plasticiens et dermatologues.

      Les propriétés pharmaco-cinétiques de la toxine botulique expliquent la réversibilité de l’effet relaxant et donc la réversibilité de l’action sur les rides.

      En 3 à 6 mois les connexions neuro-musculaires sont totalement régénérées impliquant la nécessité de réinjecter le produit à intervalles réguliers pour maintenir l’effet.

      Les 2 premières années, les injections seront réitérées 2 à 3 fois  puis 1 à 2 fois par an après 2 à 3 ans de traitement.

      Le but est d’obtenir un réduction douce et naturelle des rides et ridules, en rapport avec l’affaiblissement progressif et naturel des contractions musculaires et d’éviter d’en faire trop lors des premières séances.
      La toxine botulique est une des techniques les plus performantes et les moins risquées pour traiter les rides d’expression du haut du visage, sans chirurgie.

AVANTAGES

3/ 9
  • performant, l’effet de la toxine apparaît au bout de 2-3 jours
  • sure, la toxine ne provoque pas d’allergie ni de risque de toxicité aux doses prescrites (il faudrait ingérer 600 flacons pour risquer de déclencher un botulisme !).
  • quasiment indolore, l’injection se fait à l’aide d’une aiguille très fine.
  • préventif et curatif, la toxine est autant employée pour prévenir l’apparition des rides que pour les diminuer.
  • facile, rapide, permettant une reprise d’activité immédiate, les injections de toxine ont permis de diminuer considérablement les indications de lifting chirurgical grâce au résultat esthétique satisfaisant.
  • effet totalement réversible et donc effets secondaires éventuels totalement réversibles.

L’ensemble de ces avantages fait de la toxine botulique le pivot des traitements de revitalisation et réjuvénation du regard et du visage !

AVANT LE TRAITEMENT: LA CONSULTATION D'ESTHÉTIQUE

4/ 9

Cette consultation a pour but de définir les attentes du patient et d’examiner les zones à injecter, de voir ce qui est réalisable raisonnablement  et de déterminer un plan de traitement.

L’interrogatoire visera à évaluer précisément l’état de santé et les habitudes de vie du patient et tout traitement esthétique antérieur devra être signalé.

Le Dr GRASSWILL évoquera également avec vous les principes et les éventuelles complications possibles.

Une analyse de l’ensemble du processus de vieillissement du visage est fondamentale car l’ophtalmologue pourra être amené à recommander l’utilisation combinée de produits et de techniques différentes pour un résultat harmonieux et optimal.

Aucun test d’allergie préalable n’est nécessaire

A l’issue de cette consultation le Dr GRASSWILL établira et vous remettra un devis détaillé ainsi qu’une fiche d’information et un formulaire de consentement éclairé à signer lors de la première séance d’injection.

L’utilisation de la toxine est à visée esthétique et n’est donc, à ce titre, pas pris en charge par la Sécurité Sociale et est assujettie à la TVA..
Important pour la consultation: se munir de l’historique des traitements médicaux et chirurgicaux déjà effectués (esthétique ou général).

LE JOUR J : Déroulement d’une séance

5/ 9

Venir avec la fiche d’information , le devis et le consentement signé.

Vérifiez que vous n’êtes pas enceinte.

Aucune préparation n’est nécessaire. vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Pour les femmes, il est recommandé de ne pas se maquiller ou d’enlever le maquillage avant les injections.

En cas de traitement anticoagulant, il est recommandé de contacter son médecin traitant  pour arrêter le traitement 15 jours avant et après les injections pour minimiser les risques d’hématomes. Ceci comprend également l’Aspirine et les anti-inflammatoires.

Vous serez installé dans un fauteuil en position assise ou semi-assise.

Une préparation et désinfection douce de la peau sera réalisée.

Le médecin invite le patient à faire des mimiques pour repérer les rides. Les muscles à traiter seront marqués. Les points d’injection choisis.

Aucune anesthésie n’est requise, les injections sont minuscules avec des aiguilles très fines et la piqûre est quasiment indolore.

Les muscles responsables des rides sont injectés: au niveau du front et en intersourcilier et éventuellement au niveau de la patte d’oie.

Des petites boursouflures rougeâtres seront présentes aux sites d’injections avec rarement un petit saignement ou un hématome. La boursouflure dure 30 minutes puis s’estompe. Vous pourrez alors vous remaquiller si nécessaire.

Dans les 24 heures qui suivent l’injection il faudra éviter de masser le visage.

Il faudra également éviter les efforts physiques intenses ou le sauna, hammam  ou de s’allonger dans les 2 heures suivant les injections, ceci pour éviter la diffusion du produit.

LES SUITES : RÉSULTATS ET ENTRETIEN

6/ 9

L’effet de la toxine botulique apparaîtra au bout de 2 à 6 jours: lissage spontané de la partie du visage traité. Le front se détend et perd son caractère sévère et triste. les rides de la patte d’oie s’estompent. Le sourcil est repositionné, relevé, ce qui ouvrira le regard.

L’effet est progressif et une éventuelle asymétrie provisoire peut se voir, les muscles ne réagissants pas tous à la même vitesse (les muscles d’un côté peuvent être plus fort que de l’autre)

A quatre semaines, l’effet sera total avec cet aspect plus jeune grâce a la peau plus lisse qui aura gardé son aspect naturel.

Les premières fois, l’effet des injections diminuera au bout de 3 à 6 mois. Il faudra renouveler les séances régulièrement pendant les 2 premières années puis nous pourrons espacer.

L’entretien est donc nécessaire pour une meilleur efficacité et le résultat est progressif.

Le délai entre deux injections est variable en fonction des zones traitées, des caractéristiques du patient (hygiène de vie, type de peau et sollicitation des muscles) et du degré de perfection recherché.

En moyenne: 2 à 3 injections la première année, 2 la deuxième année puis 1 injection tous les 8 à 10 mois.

CONTRE-INDICATIONS et EFFETS INDÉSIRABLES

7/ 9

Très rares mais toujours possibles.

  1. Contre-indications
    • Les contre-indications aux injections de toxine botulique sont:

      • La myasthénie grave ou le Syndrome de Lambert-Eaton
      • L’infection au point d’injection.
      • L’hypersensibilité connue à la toxine botulinique de type A ou à l’un des constituants du produit (sérum-albumine)
      • Un traitement par les aminosides  (antibiotique)

      Il n’y a pas d’études sur l’utilisation de la toxine chez la femme enceinte ou allaitante et les risques ne sont donc pas connus. La grossesse ou l’allaitement devra être signalée par la patiente et les injections reportées par précaution.

      Toute femme en âge de procréer devra prendre des précautions contraceptives.

  2. Effets secondaires
    • Les effets secondaires même s’ils sont gênants, sont rares et toujours transitoires:

      • rougeurs et hématomes, persistent rarement au delà de 7 jours. vous pouvez les maquiller.
      • oedèmes, gonflement autour des yeux, peuvent s’installer progressivement en 4-5 jours, pour diminuer ensuite en quelques jours à quelques semaines.
      • maux de tête, sensation de tension, de fixité du front, de cartonnement peut persister plusieurs jours. Surtout présents les premières fois.
      • contraction paradoxale d’un muscle. Dans les jours suivant l’injection, l’effet de la toxine n’étant pas complet, les muscles traités peuvent présenter des mouvements paradoxaux ou des asymétries (la force des muscles n’est pas symétrique et l’équilibre musculaire se fait donc à des vitesses différentes entre le coté droit et gauche ou la partie supérieure et inférieure). En cas de persistance à un mois, un complément d’injection pourra être réalisé pour relâcher le muscle responsable.
      • nausées, vertiges, fatigue, fièvre, syndrome grippal, sécheresse, réactions allergiques sont exceptionnels.
  3. Complications
    • Les complications loco-régionales envisageables sont très rares, souvent dues à une injection imprécise ou à une diffusion du produit au delà du site d’injection. Elles sont toujours réversibles.

      • Ptosis des sourcils. l’injection du front peut provoquer une légère descente des sourcils. Cela survient lorsque le sourcil était déjà bas avant l’injection. Ce léger abaissement régresse en général en quelques semaines.
      • Ptosis de la paupière : rare après injection des rides du lion (moins de 1% des cas), il disparaît toujours après quelques semaines.
      • Gêne au sourire et à la déglutition. Survient après injection des lèvres ou au niveau des cordes platysmales du cou.
      • Sécheresse oculaire par diminution de la sécrétion de la glande lacrymale.

      C’est pour éviter ces complications qu’il vous sera demandé de ne pas masser les sites d’injections pendant 48h et d’éviter le chaud (hammams, sports intenses) et la position tête baissée en avant dans les heures suivant l’injection.

TRAITEMENTS COMPLÉMENTAIRES

8/ 9

La toxine botulique est un excellent traitement de réjuvénation du regard et du visage.

Pour optimiser les résultats il sera toujours conseillé d’associer des mesures hygiéno-diététiques : arrêt du tabac, protection solaire, crèmes hydratantes et antirides, alimentation équilibrée.

La bière (!) et une alimentation riche en zinc augmenteraient la durée de l’effet de la Toxine.

Des traitements complémentaires seront également à prévoir si des rides profondes ou des pertes de volume sont associées: injections de comblement à l’acide hyaluronique, lipofilling.
Pour améliorer l’éclat de la peau, la mésothérapie, les peelings superficiels ou le laser cutané pourront être associés.

PLAN DE TRAITEMENT ET TARIFS

9/ 9

Un plan de traitement sera déterminé avec vous en fonction de vos désirs et de votre exigence de résultat.

Habituellement, les injections de toxine botulique sont réalisées 3 fois la première année puis 2-3 fois la deuxième année puis 1 à 2 fois par an, variable selon l’état cutané, les sollicitations musculaires et l’hygiène de vie.

La première année d’injections permet d’aboutir au plateau d’effet de manière douce et progressive. Le but est d’éviter un effet trop “fort” et figé lors des premières injections. La peau va se déplisser et les rides s’estomperont progressivement et de manière plus naturelle.

Pour vous donner une estimation du coût global, les traitements complémentaires (acide hyaluronique, traitement de la peau) seront également intégrés en fonction du degré de perfection recherchée.

Les injections de toxine botulique sont considérées comme “facultatives et de confort” et ne sont donc pas remboursées par la sécurité sociale dans les indications esthétiques.
Un devis vous sera remis en main propre et adapté en fonction des zones de traitement.

En savoir plus